Grenadines

Les Caraïbes comme on les imagine

Découvrir les Caraïbes en commençant par traverser les Grenadines laissera forcément quelques séquelles : ce sont les Antilles comme on se les figure, root's à souhait, sauvages, attachantes... c'est un endroit à part, ne cherchez point ailleurs ce que vous vivrez ici, n'hésitez-pas à succomber à la tentation d'en reprendre une dose dès que l'occasion se présentera.

Reconditionnement du Faroubavoile

On ne peut pas dire que j’ai fait la grâce matinée pour mon premier jour aux Antilles. Avec un certain mal de crâne, je commence par déplacer le voilier à la place que l’on m’attribue au Yacht Club de Grenada. Je m’attèle ensuite au grand rinçage du pont et des voiles, rangement et remise en condition croisière pour les 10 jours dans les Grenadines qui m’attendent. Je prend le temps d’aller boire un café au club house où mon camarade de soirée de la veille me rejoint comme promis. Il m’amène à un magasin d’accastillage puis il me fait visiter l’île, c’est très chouette mais je ne peux malheureusement trainer d’avantage. De retour au voilier c’est grand ménage, lessive, puis on déjeune avec mes invités avant de poursuivre le bricolage avec le matériel qu’ils m’ont rapatrié depuis la France.

JPEG - 350.9 ko
Yacht Club Grenada
Grand rinçage du pont et des voiles, rangement et remise en condition croisière pour les 10 jours dans les Grenadines qui m’attendent.

Baptême des Caraïbes

On largue les amarres de bonne heure, direction Tyrrel Bay sur l’île voisine de Cariacou. Première navigation dans les canaux entre les îles, première grosse leçon. On peut dire que l’on s’est bien fait secoué, tout au près, nous découvrons ce que c’est la navigation aux Antilles. Nous arrivons de nuit, en évitant de justesse un filet avant de zig zaguer pour se faire une place au mouillage plutôt fréquenté ! Le réveil est magique, première baignade dans l’eau chaude des Caraïbes. On ne traine pas car nous devons rejoindre Union. Le départ est digne d’une carte postale, nous sommes sous le vent de l’île puis nous tirons des bords entre des îlot de sable coiffés de cocotiers. La manille de la drisse du génois lâche, il faut affaler cette immense voile et pour se faire je dois monter au mât.

JPEG - 157 ko
Tyrrel Bay
Le réveil est magique, première baignade dans l’eau chaude des Caraïbes.
JPEG - 265 ko
En route pour Union
On ne traine pas car nous devons rejoindre Union.
JPEG - 209 ko
Navigation carte postale
Nous sommes sous le vent de l’île puis nous tirons des bords entre des îlot de sable coiffés de cocotiers.
JPEG - 460.6 ko
Un peu d’escalade
La manille de la drisse du génois lâche, il faut affaler cette immense voile et pour se faire je dois monter au mât.
JPEG - 275.5 ko
À l’heure des Antilles
Nous prenons rapidement le pli...

Mayreau, mon coup de cœur

A Union, imbroglio à la douane car je n’ai pas fait de formalité à Grenada pour mon escale éclaire. Pas le choix, le lendemain il faut revenir à Cariacou réparer ma bêtise. Aller-retour qui se révélera être une des plus belles navigations de la semaine. On enchaîne avec la très belle passe pour rejoindre Mayreau. Mon coup de cœur : j’adore cette île, la plage est grandiose, le village pittoresque tout en pente et surtout nous rencontrons Bob. C’est un vieil homme qui a tout fait dans la vie, ses mains témoignent de ses années sur les crevettiers, il s’occupe maintenant de son bar dédié à Bob Marley. Il passe la soirée à notre table, nous fait déguster ses cocktails favoris et j’ai le droit à une leçon de percutions. Je reviendrai boire le café le lendemain pour échanger quelques CD de reggae.

JPEG - 219.1 ko
Le plaisir de la voile aux Antilles
Navigation bonheur entre Union et Mayreau !
JPEG - 384.9 ko
Cap sur Mayreau
À tribord, la grande plage sauvage de Windward Bay.
JPEG - 261.7 ko
Au près sans se mouiller
Une fois n’est pas coutume, nous remontons au vent abrités de la houle par Mayreau.
JPEG - 274.5 ko
Mayreau
Le village est tout en pente, les maisons très belles, de nombreux bars tous aussi attrayants les un que les autres.
JPEG - 212.5 ko
Saline Bay
C’est tellement bon que nous en redemandons, nous dépassons la plage devant laquelle nous mouillerons ce soir pour quelques bords de plus.
JPEG - 182.1 ko
Mouillage aux Grenadines
Nous débarquons sur le ponton à annexe de Mayreau, le spectacle est à couper le souffle.
JPEG - 229.1 ko
Vue sur Union
Le soleil perce à côté d’Union, la vue depuis Chatham Bay doit être fantastique aussi...
JPEG - 237.5 ko
Bob de Mayreau
Nous rencontrons Bob, c’est un vieil homme qui a tout fait dans la vie, ses mains témoignent de ses années sur les crevettiers, il s’occupe maintenant de son bar dédié à Bob Marley.
JPEG - 212.8 ko
Club Med 2
Le paquebot à voile du Club Med, ils investiront la plage pour la journée : débarquement en chaloupe, belles monitrices de windsurf, buffet...

Les Tobago Cays

Nous faisons le tour de l’île et rejoindre le sanctuaire des Tobago Cays. Phénomène étrange, nous parcourons tout au près ! Nous demandons une bouée, il ne reste plus que la plus proche de la plage et il y a heureusement assez d’eau. Le courant est fort, sous la coque, les tortues ainsi que les raies se laissent glisser et il est plaisant de les imiter. C’est très bien organisé, les hommes gèrent le mouillage, les mamas s’appliquent à la cuisine sur la page pour le festin du soir. Nous faisons un ambitieux aller-retour à la nage à Baradal, zone protégée pour les tortues que nous croisons en nombre. De retour à la plage, les barques colorées livrent les langoustes qui sont décortiquées à même les plages avant des embarcations beachées. La soirée est un enchantement, nous sommes au paradis !

JPEG - 197.2 ko
Le canal des Tobago Cays
Phénomène étrange, nous faisons le tour de Mayreau tout au près !
JPEG - 202.3 ko
Entre deux îlots paradisiaques
Nous demandons une bouée entre Petit Rameau et Petit Bateau, il ne reste plus que la plus proche de la plage et il y a heureusement assez d’eau.
JPEG - 99.5 ko
Sous la coque du Faroubavoile
Le courant est fort, sous la coque, les tortues ainsi que les raies se laissent glisser.
JPEG - 213.9 ko
À la dérive avec les tortues
Il suffit de se poster en amont du voilier et de se laisser entraîner comme une tortue...
JPEG - 145.6 ko
Tortue des Tobagos Cays
Il y en a un nombre incroyable, nous sommes dans un espace protégé.
JPEG - 219.7 ko
Elle est fraiche ma langouste
Les barques colorées livrent les langoustes qui sont décortiquées à même les plages avant des embarcations beachées.
JPEG - 239.2 ko
Captain Cojack
Les barques locales sont magnifiques, leurs propriétaires ne manquent pas d’inspiration visiblement !
JPEG - 202.4 ko
Mouillage carte postale
Faroubavoile est le plus petit voilier, celui qui vient du plus loin également, ex æquo avec le plus grand du mouillage qui est le Ponant, célèbre 4 mât Marseillais que l’on aperçoit tout au fond.
JPEG - 364.5 ko
Baradal
La langue de sable de Baradal, c’est LA photo que tout ceux qui sont passé aux Tobago Cays ont ramené !
JPEG - 192.3 ko
Paradis des tortues
Autour de l’îlot de Baradal, les tortues ont leur sanctuaire...
JPEG - 249.6 ko
Petit Bateau
La plage de Petit Bateau est bien calme au réveil...

Full moon à Canouan

Nous prenons un raccourcis pour sortir du chenal des Tobagos, navigation entre les récifs, l’erreur n’est pas une option. Du près, de la houle, du vent, trop de vent, le route prévue est encore longue, je décide alors de faire relâche à Canouan pour économiser le matériel. C’est la full moon qui plus est, nous prenons un verre sur la plage puis la soirée démarre quand arrive l’équipage international d’un méga voilier. Les tournées s’enchaînent et nous nous défoulons pieds nus dans le sable à une partie de limbo délirante. La soirée dérape lorsque je me laisse embarqué par des Canadiens travaillant pour le resort de l’île : direction une soirée locale, la vraie full moon de Canouan. Un adorable couple me propose un verre de rhum, je refuse présomptueusement d’y ajouter du soda, mes amis me conseillent vivement de céder et pour cause, le rhum c’est du 95% d’alcool !

JPEG - 341.5 ko
Grand Bay
Vue sur le mouillage de Grand Bay, devant Charlestown la capitale de Canouan.
JPEG - 149.1 ko
Vue sur les Tobago Cays
Depuis le sommet de Canouan, nous regardons avec un brin de nostalgie les Tobago Cays.

Pirates des Caraïbes

Ce n’est pas pour autant que je ne suis pas sur le pont le lendemain pour préparer le voilier pour la prochaine étape, je ne sais pas avec quelle énergie, sûrement celle de la satisfaction d’avoir déjà trouvé les folles soirée qu’on m’avait promises aux Antilles. Ca bouge encore, on commence à s’y faire, on prend un joli grain qui nous obligera à faire de la trinquette seule pendant un moment. Le jeu en vaut la chandelle car nous arrivons au mouillage de Pirates des Caraïbes, Walilabou Bay. C’est un des lieux de tournage de la saga, les décors de sont encore en place et donnent au lieux une atmosphère très amusante ! Mouillés arrière amarré à un cocotier, nous dinons dans le repère des pirates. Nous passons la matinée à un joli jardin aménagé autour d’une petite cascade, le bain d’eau douce est revigorant. Petit saut de puce pour la baie suivante, Cumberland, tout autant paradisiaque.

JPEG - 361.1 ko
Pirates des Caraïbes
Walilabou Bay, c’est un des lieux de tournage de la saga, les décors de sont encore en place et donnent au lieux une atmosphère très amusante !
JPEG - 401.1 ko
Keartons
Le roc de Keartons, juste avant Wallilabou Bay.
JPEG - 399.2 ko
Walilabou Bay
Les fonds tombent rapidement, nous mouillons et reculons pour s’amarrer à un cocotier.
JPEG - 521.6 ko
Yacht Club Wallilabou
Un joli X au mouillage côté "Yacht Club" de Wallilabou.
JPEG - 270.1 ko
Mon annexe au ponton du Black Pearl
Le ponton, détruit par le dernier cyclone, où était amarré le Black Pearl.
JPEG - 306.3 ko
Cascade
Nous passons la matinée à un joli jardin aménagé autour d’une petite cascade, le bain d’eau douce est revigorant.
JPEG - 467.9 ko
Végétation luxuriante
JPEG - 785.7 ko
Le pont de l’arbre
JPEG - 694.1 ko
Copain !
JPEG - 344 ko
Cumberland
Mon voilier au mouillage à Cumberland, à vingt mètres de la plage et du restaurant italien.
JPEG - 437.1 ko
Scène de pêche
La pêche à Saint Vincent les Grenadines ressemble à un véritable tableau...

Retour en France

Nous quittons ce paradis en ayant pris la peine de remettre le génois, on ne le gardera pas longtemps, pour changer ça souffle, nous sommes plus à l’aise avec la trinquette. La question de poursuivre de nuit jusqu’en Martinique pour y arriver au petit matin ne se pose pas lorsqu’au coucher du soleil nous arrivons sous les deux pitons de Sainte Lucie. La dernière bouée nous attend, nous allons prendre l’apéro chez nos voisins français, je n’en ai pas croisé depuis longtemps ! Dernière traversée pour rejoindre Grande Anse en Martinique afin d’y faire les formalités d’entrée qui sont obligatoire même pour un navire français.

JPEG - 351.4 ko
Sainte Lucie
La question de poursuivre de nuit jusqu’en Martinique pour y arriver au petit matin ne se pose pas lorsqu’au coucher du soleil nous arrivons sous les deux pitons de Sainte Lucie.

Partager cet article